Meg Corbyn – 1 – Lettres Ecarlates [Anne Bishop]

15 Mai
Meg Corbyn

01 – Lettres Écarlates

 
Image

La couverture originale est bien plus jolie que la version française

Meg Corbyn a vécu toute sa vie coupée du monde, traitée comme de la viande par des hommes sans scrupules se servant de ses visions du futur pour s’enrichir. Lorsqu’elle s’enfuit, ils sont prêts à tout pour la récupérer, même à s’aventurer sur le territoire des Autres. Ces créatures de cauchemar prêtes à éradiquer l’humanité au moindre faux pas auprès desquelles Meg va trouver refuge. Mais si Simon Wolfgard, loup-garou et chef de la communauté, est d’abord intrigué par cette humaine intrépide, il pourrait à tout moment décider de simplement éliminer cette source de danger pour les siens…

 

Ce livre m’a transportée. Se dire que l’auteur fait ce genre pour la première fois alors qu’elle n’écrivait que de la fantasy est assez impressionnant. Ce tome se lit et s’est d’ailleurs lu dans une vitesse assez impressionnante. Personnellement je pense qu’il aurait mérité un peu plus de publicité. Je trouve qu’il est passé assez inaperçu. Ce qui m’avait attirée aux premiers abords était qu’Anne Bishop en était l’auteur. Je songeais depuis un moment à lire la Trilogie des Joyaux Noirs et avais entendu parlé de son style, ma curiosité m’a poussé à essayer Lettres Écarlates. Je n’apprécie pas spécialement la couverture et je ne me fis jamais aux résumés se trouvant derrière. La lecture de ce livre s’est basé sur le succès de l’auteur. J’aime bien être surprise et faut avouer qu’ici, j’en ai eu pour mon compte, voir plus ! 
L’histoire suit l’héroïne qui n’en pas vraiment une. C’est une jeune femme qui s’est évadée d’un centre qui reste assez inconnu et par sa fuite, se retrouve cachée dans un environnement qui n’est pas des plus tendres. Elle profite d’une offre d’emploi peu orthodoxe et rencontre petit à petit les habitants de l’endroit en espérant ne jamais être retrouvée. Au fur-et à mesure, les gens la prendront en sympathie et des petits passages assez comiques en surviendront. 
 
Je n’en dis pas plus car c’est vraiment une lecture agréable et bien plus sympa quand on découvre. En tout cas, tentez et vous verrez !

 

Publicités

L’École de la Nuit [Deborah Harkness]

3 Mai

L’École de la Nuit

écrit par Deborah Harkness

 

L-ecole-de-la-nuit

Diana Bishop, jeune historienne héritière d’une puissante lignée de sorcières, et le vampire Matthew Clairmont ont brisé le pacte qui leur interdisait de s’aimer. Quand diana a découvert l’Ashmole 782, un manuscrit alchimique, à la bibliothèque d’Oxford, elle a déclenché un conflit millénaire. La paix fragile entre les vampires, les sorcières, les démons et les humains est désormais menacée.
Déterminés à percer le mystère du manuscrit perdu, et tentant d’échapper à leurs ennemis, Diana et Matthew ont fui à Londres… en 1590. Un monde d’espions et de subterfuges, qui les plonge dans les arcanes du passé de Matthew et les confronte aux pouvoirs de Diana.
Et à l’inquiétante École de la nuit.

Deborah Harkness, une fois de plus, aura su nous captiver avec une incroyable force dans ce second tome. Diana, accompagnée de son fidèle mari Matthew, voyage dans le temps. C’est ici que s’arrête le premier tome et où commence le suivant. Ce second opus se divise en six parties. Le livre en lui-même est beau et rien qu’avec ces petits dessins qui introduisent ces parties, le lecteur peut d’hors-et déjà se sentir immergé. En effet, ces 6 parties promettent des heures mais surtout des jours de lecture intensives. L’histoire est loin d’être simple. Même si le but ultime est de trouver Le Livre Perdu des Sortilèges et de parfaire l’éducation magique de Diana, il sera loin d’être simple d’en approcher la moindre petite réussite. Dès leur installation dans l’Angleterre Elisabethéenne, les amis de Matthew seront les premiers sceptiques et méfiants devant leur arrivée. Dans une ambiance politique mêlée de trahisons, de manipulations et de diplomatie, le lecteur suit les personnages principaux dans des péripéties toutes mêles de suspens. Des personnalités ainsi des personnages inattendues croiseront le chemin de notre couple. Le plus dur pour eux est en fin de compte de ne pas s’aventurer trop dans l’histoire du passé pour ne pas trop bousculer le présent. 

Dans cette univers, nous retrouvons la connaissance et le coté historien de l’auteur. On y retrouve l’oeuvre de ses recherches et le fruit de son travail apparait d’une superbe façon dans ce livre.

Une jolie astuce, bien appréciée, a été d’introduire certains personnages en train de découvrir de vieux papiers ou objets datant de l’ère où Diana et Matthew étaient partis. Ce qui permettait ainsi de démontrer qu’en effet, leur passage dans le passé a eu des conséquences (positives ou négatives) dans le présent. Il y a beaucoup d’événements dans ce livre. Le couple aura voyagé en France, à Prague et d’autres endroits. 

Un petit bémol, à titre personnel, est que je trouvais que ça faisait beaucoup de choses, beaucoup d’informations à assimiler. Environ sept mois s’est passé et j’ai eu l’impression de les sentir. Autant, j’ai adoré me retrouver immergée dans les mystères du XVIè siècles, mais trop d’informations rendait parfois la lecture lourde.

En bref, c’est un livre à lire avec assiduité en gardant le même plaisir que dans le premier tome qui reste tout de même assez différent. Je reste impatiente de pouvoir lire la suite dans notre présent car il est sûr d’une chose, ça ne fait que commencer.

__________________________________________________
 Premier Tome : Le Livre Perdu des Sortilèges –

Sidhe – 01 – La Diseuse d’Ombres [Sandy Williams]

9 Fév

Sidhe 

01 – La Diseuse d’Ombres

 

Écrit par Sandy Williams

sidhe,-tome-1---la-diseuse-d-ombres-3375073-250-400

McKenzie Lewis est différente: elle voit non seulement les faes mais elle a aussi le pouvoir de retrouver leur trace lorsqu’ils se téléportent. Capacité inestimable pour le roi des faes piégé dans une guerre sans merci contre de sanguinaires usurpateurs de trône. Mais lorsque McKenzie est enlevée par ces derniers, elle se trouve confrontée à un dilemme : faire confiance à Kyol, le maître d’armes du roi qu’elle aime en secret depuis dix ans, ou à Aren, le meneur des rebelles, qui tente de lui révéler le véritable visage de la cour…

J‘avoue, au départ, j’ai surtout flashé sur la couverture mais tout de même méfiante, je ne me fiais pas trop au résumé. J’ai tout de même essayé et quelle surprise ! McKenzie, dotée de double vue et de la capacité de lire les ombres, se retrouve entre deux parties ennemies pendant une guerre. La partie rebelle veut démettre le roi des faes de ses fonctions, soit la cour. Bien sur, McKenzie travaille pour la Cour. Ses dons servent à retrouver et à traquer des « traitres ». Ses capacités font d’elle quelqu’un de précieux pour les deux camps. Le chef des rebelles l’enlève et ainsi l’histoire débute. 
 
Il n’y a pas à dire, cela commence directement. Pas vraiment de présentation. Pas d’univers défini. Les informations arriveront pendant, et au moment où ce sera obligatoire d’expliquer. On ne sait pas trop vraiment ce qui différencie les humains des faes sauf leurs mondes ou encore leur magie. Autant les faes ont la magie, autant les humains ont leur technologie. Pour une fois, le monde humain n’est pas en danger, il n’y a pas de fin du monde à sauver. C’est ce qui compose son coté original. 
 
Bien entendu, il y a de la romance ! McKenzie est amoureuse de son maître d’armes Kyol. Elle travaille avec lui pour la Cour depuis 10 ans. Jusqu’à ce qu’Aren, le chef des rebelles la kidnappe. Elle commencera à ressentir des choses à son égard après plusieurs événements. 
 
McKenzie est tenace et butée. Elle ne manquera aucune occasion pour tenter de s’échapper. Destinée à avoir une vie mêlée de faes, elle ne rêve d’une vie d’humain avec des diplômes et un mariage à la clé. Hélas, elle ne pourra qu’en rêver. 
 
Sidhe est un tome coup de coeur. Il est complet, l’histoire a une fin dans un même livre. C’est agréable de ne pas avoir à attendre de suite de temps en temps. 
 
Bref, c’est une histoire agréable à lire que je ne peux que conseiller de par son originalité.

Belladone – 1 – Nuit de Sang [Michelle Rowen]

9 Nov

Belladone – 1

Nuit De Sang

Par Michelle Rowen,


Pour Jillian Conrad, l’expression « être au mauvais endroit au mauvais moment » prend tout son sens. En effet, kidnappée par un assassin, elle se retrouve au beau milieu d’une guerre sans merci, qui oppose les vampires à une organisation gouvernementale tentant de protéger l’humanité de ces monstres sanguinaires. Mais les apparences peuvent être trompeuses et son ravisseur, Declan, pourrait bien être son seul espoir.

Michelle Rowen est une auteure que j’apprécie tout particulièrement par la série Sarah Dearly, déjà présentée. Elle nous gratifie une de fois de plus d’une autre série appelée Belladone (en VO, Nightshade) où est présenté un tout autre univers. 
L’héroïne Jill se retrouve embarquée par hasard dans une histoire de vampire et de dhamphir. Elle est humaine et essaie de comprendre, n’ayant pas trop le choix, ce monde caché des humains. Ce que j’apprécie particulièrement est ce coté froid dans certains rebondissements où nous même, lecteurs, nous nous disons « ah non mais ça ne peut pas rester comme ça, ça va s’arranger quand même ! » 
Ici, les vampires sont indiqués comme les vilains de l’histoire. C’est à ce moment là qu’il faut se rappeler que nous nous trouvons dans un point de vue spécifique et que la méfiance devra être de mise. Les personnages sont attachants et d’autres sont détestables. J’ai un petit faible pour Matthias. Mais bon, j’ai toujours un faible pour les méchants. (Le début de ce livre m’a légèrement fait pensé à une autre histoire avec un personnage s’appelant Emmaline … mais par chance, cet effet n’est pas resté longtemps.) 
Belladone est, en plus du titre de cette série fraichement éditée, le nom d’un « sérum » qui a été transmis par erreur dans le sang de Jill. C’est à partir de cela qu’elle sera obligée de suivre le dhamphir afin d’y trouver un remède. Vous vous douterez bien que ce ne sera pas si évident que cela. Une fois arrivés à bon port, manigance et profit seront à la clé car étant transféré par erreur dans un corps humain, le « sérum » qui était alors unique sera recherché par ceux qui l’attendait mais surtout par ceux qui en veulent sa destruction. Le « sérum » a un effet sur Jill qui l’a positionne en tant qu’aimant à vampire. Telle une plante carnivore, elle attire pour que le vampire morde et boive son sang, tuant ainsi le vampire empoisonné. 
En bref, peu de chose à dire pour ce premier tome, si ce n’est que j’attends avec impatience la suite ! (Que j’ai déjà commencé dans sa VO, pour dire que je suis pressée !)

Le Livre Perdu Des Sortilèges [Deborah Harkness]

3 Oct

Le Livre Perdu Des Sortilèges

 D’après Deborah Harkness

Diana Bishop est la dernière d ’une longue lignée de sorcières, mais elle a renoncé dpuis longtemps à son héritage familial pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu ’au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : l ’Ashmole 782. Elle ignore alors qu ’elle vient de réveiller un ancien et terrible secret, et que tous – démons, sorcières et vampires – le convoitent ardemment. Parmi eux, Matthew Clairmont, un vampire aussi redoutable qu ’énigmatique. Un tueur, lui a-t-on dit. Diana se retrouve très vite au coeur de la toumente, entre un manuscrit maudit et un amour impossible.

Si il y a bien quelque chose que je regrette dans cette lecture, c’est de ne pas avoir ouvert ce livre plus tôt, et surtout ce sentiment de trop peu.. En somme, je veux inexorablement la suite ! Bref soyons patient. 
 
Ce livre à la fois complexe, complet et insoutenable est un délice de lecture. C’est à partir de rien qu’on commence à lire les premières pages, un point de vue de notre héroïne nous introduit dans ses pensées. L’auteur n’aura pas été avare en ce qui concerne les descriptions et on peut saluer le fait que ce n’est même pas lourd à lire. Deborah Harkness a une excellent écriture qui monte dès le début le niveau comparé à d’autres bit lit. Rien n’est oublié ou omis. Le simple adjectif qui me vient automatiquement à l’esprit de cette lecture est « complet ». Les personnages ont chacun leur importance, on peut dire que Deborah n’a rien laissé au hasard. 
 
Commençons par le début : C’est l’histoire d’une jeune sorcière qui n’accepte pas ses pouvoirs et qui tient à vivre sa vie telle une humaine sans aide de sa magie, recherchant ainsi la satisfaction d’avoir tout obtenu « honnêtement, sans triche ». Un soir, à la bibliothèque d’Oxford, pendant ses recherches, elle obtint un livre qu’elle sent ensorcelé. Préférant l’appréhender de façon humaine, elle le rendit. Les problèmes commencèrent donc. Un vampire âgé fit son apparition quelques jours suivant. 
 
Un univers créé autour de ses deux personnages principaux montre la complexité de l’affaire. Partant de l’idée d’un livre perdu, les événements feront comprendre au lecteur que ce livre n’est pas le seul problème en jeu. 
 
On intègre en plus de l’univers travailleur de Diana, celui de Matthew, chez lui puis on en apprend un peu plus de la vie familiale des deux protagonistes. En somme, ce livre est vraiment riche en information tous autant liés les uns des autres. C’est aussi très exaltant de suivre le cours. Il se passe toujours quelque chose ! 
 
Il est très difficile de faire un avis plus élaboré car il me faudrait une seconde lecture pour être sûre de n’avoir rien manqué. Toujours est-il que cette lecture a été un vrai plaisir. Une histoire qui se complexifie et qui est pleine d’hypothèse est assez rare et m’a fait pensé à de la fantasy. 
 
Je remercie l’auteur de nous avoir offert un tel roman.